Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 14:15

Résolutions – Tension sociale                  

A l’issue de la réunion  de concertation présidée par le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, vendredi 6 juillet 2012, il a été demandé à la Direction générale  de Sitrafer de payer dans l’urgence une partie des salaires dés le mercredi 11 juillet 2012 au plus tard.

 

Le ministre du Travail  et de la Sécurité sociale (Mintsc), Grégoire Owona a présidé, le vendredi 06 juillet 2012 dans la salle des actes de son département ministériel, une réunion de concertation portant sur  la crise sociale à la Sitrafer, ceci faisait suite au préavis de grève lancé par le Syndicat national des travailleurs de la maintenance ferroviaire (Synamtrafer). Cette rencontre, qui s’est déroulée avec la participation de Robert Nkili, ministre des Transports, de Gabriel Ngakoumda représentant du ministre des Finances, de Bernard Cantino Directeur général par intérim de Camrail, de Jacques Bimaï, Directeur général de la Sitrafer,  de Jean Marie Mbida, Président de son Conseil d’administration et du président Zambo Amougou de la Confédération syndicale des travailleurs du Cameroun (Cstc), a permis d’examiner le chapelet de récriminations des travailleurs de la Sitrafer, les principales étant bien évidemment : le règlement de six ou neuf mois d’arriérés  de salaire selon la catégorie professionnelle, l’affiliation des travailleurs à la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps), l’apurement des arriérés sociaux dus à la Cnps, le remboursement des frais médicaux et la définition des profils de carrière.

Au terme de plusieurs heures de débats houleux, le Mintsc a demandé à la Camrail de verser une partie des montants à payer à la Sitrafer pour faciliter le règlement des six mois d’arriérés de salaire des travailleurs ; ayant noté les bonnes dispositions de Camrail à accompagner l’entreprise (Sitrafer) pour résoudre ce problème épineux. Toutefois, le Directeur général a.i de Camrail a fait le rappel des factures récemment payées à Sitrafer depuis le début de l’année 2012 : 450 millions Fcfa d’vance sur les nouvelles commandes, 510 millions Fcfa payés en cash et hors taxes, pour le règlement des commandes de fin 2011-début 2012 et il annonce un paiement de 46 millions Fcfa au plus tard le 16 juillet 2012. A la lumière de ces révélations, Grégoire Owona a demandé aux actionnaires de Sitrafer de payer en totalité les  arriérés des employés dans un délai maximal de quinze jours. Par ailleurs,  le ministre Owona qui a réaffirmé  le soutien du gouvernement à Sitrafer, a instamment instruit à la Direction générale de l’entreprise de proposer un plan social adapté à la nouvelle donne du marché de la maintenance ferroviaire devenu concurrentiel. Répondant  aux préoccupations de l’apôtre du dialogue social, Robert Nkili, le Directeur général de la Sitrafer, Jacques Bimaï a pris solennellement l’engagement de respecter les hautes directives du gouvernement.    

 

La trame de fond

Cet arbitrage du gouvernement camerounais fait suite au non respect par l’Administrateur directeur général (Adg), Jacques Bimaï, des clauses du procès verbal de conciliation totale du 03 avril 2012 dressé par Mme le Délégué Régional du Travail du Littoral. Lassent d’attendre que les engagements pris soient respectés, les employés ont saisi la direction générale de  Camrail, le principal client du portefeuille afin qu’une partie des sommes dues à Sitrafer soit affecté directement aux salaires. Il s’en même suivi une notification d’un procès verbal d’une saisie conservatoire des créances de Sitrafer, faite par voie d’huissier, vient d’être adressée à Camarail. Ce qui a conduit au versement des paiements suscités mais une fois de plus, l’Adg de Sitrafer n’a pas cru bon de payer même partiellement les arriérés de ses employés. Parce que dans la logique d’amener le gouvernement à mettre la pression sur son principal et quasi unique client, Camrail qu’il accusait de rompre unilatéralement le contrat qui les liait.

Selon des sources proches de Camrail, on apprend que le renouvèlement du contrat de Sitrafer n’a pas été remis en cause. Seulement, Camrail fait savoir que dans le projet de contrat qu’elle avait soumis à Sitrafer en décembre 2011, luui faisait perdre son monopole compte tenu des problèmes rencontrés sur le terrain. Entre autres : - Son incapacité à exécuter les travaux dans les délais, - Les nombreuses grèves du personnel dues pour l’essentiel au non respect des obligations de Sitrafer vis-à-vis de ses employés. Autant de récriminations qui ont sérieusement handicapé la conduite des travaux de maintenance sur la voie, avec à la clé des retards dans la mise en œuvre des programmes de maintenance et des risques probants de déraillements. La maintenance du trans-camerounais actuel, objet du contrat avec entre camrail et Sitrafer porte sur l’exécution des travaux réalisés par près de 250 agents répartis sur l’ensemble du réseau. A cet effet, Sitrafer ne fournit donc que la main-d’œuvre, puisque Camrail s’occupe du transport et de la fourniture du matériel de travail (rails, traverses, ballast…) A pendant 10 ans le contrat de maintenance conclu avec Sitrafer a connu des paiements réguliers et honorés à échéance. La dernière tranche de 5 ans est arrivée à échéance depuis le 31 décembre 2011. Pendant laquelle, Sitrafer a reçu de Camrail sur la période 2007-2011, le paiement de plus 8 milliards de Fcfa TTC au titre des travaux réalisés sur les chemins de fer camerounais. Ce paiement à échéance par Camrail de ses factures devrait permettre à Sitrafer de payer à son tour les obligations sociales vis-à-vis de ses employés.

Yves Junior Ngangue et André Som (Source Aurore Plus)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Njognath - dans Société
commenter cet article

commentaires