Vendredi 30 mars 5 30 /03 /Mars 15:21

Investissements - Grands projet routiers       

Parmi les grands projets routiers d’urgence, le document de stratégie de réduction de la pauvreté pour un Cameroun émergent à l’horizon 2035 fait ressortir, outre la construction des 2è et 3è ponts sur le Wouri, la construction de la première autoroute camerounaise et l’élargissement des pénétrantes Est et Ouest de Douala.

 

Cela a certainement une exhalation d’un parfum de campagne électorale. L’année 2011 étant déterminante puisqu’elle sonne la fin du septennat de Paul Biya à la présidence de la République, et par ricochet la tenue de l’élection présidentielle pour laquelle il est, après 29 ans au pouvoir encore annoncé dans les starting-blocks. Mais aussi d’autres scrutins, si on en croit l’annonce faite par le chef de l’Etat dans son discours de fin d’année à la nation. Il ne fait pas de doute pour les observateurs de la scène politique que la mise sur pied du Dsrp Cameroun émergent à l’horizon 2035, s’inscrit dans la stratégie propagandiste du candidat sortant pour se racheter des grands ambitions annoncées en grandes pompes et qui étaient le slogan de campagne lors de la dernière élections présidentiel de 2002. Promesses non réalisées au courant du dernier mandat.

Pour se trouver un rachat, et faire amande honorable, septuagénaire révolu, le locataire du palais présidentiel d’Etoudi n’a plus de cesse de puiser dans ce Dsrp pour faire miroiter aux populations des différentes régions des plans sur la comète. Après avoir présenté les projets de construction du port en eau profondes de Kribi, des barrages de Lom Pangar et de la Me’mvelé comme des cadeaux pour les populations de la région du Sud, et la transformation de l’annexe de l’Ecole normale supérieur de Bambili en Université d’Etat, ainsi que le construction de la Ring road pour les populations du Nord-Ouest, c’est autour du Littoral de se faire appâter  avec les constructions d’un deuxième pont sur le Wouri à l’horizon 2015 et un troisième pont à l’horizon 2035, mais aussi de la construction d’une autoroute sur l’axe Douala- Yaoundé et l’élargissement des pénétrantes Est et Ouest de Douala. Des projets réclamés depuis des décennies et curieusement qui viennent trouver réponse en prélude à l’élection présidentielle de 2011.

 

La recherche de 400 milliards Fcfa

Et pour montrer sa détermination et son engagement de réaliser ses projets afin qu’ils ne sonnent pas simplement comme des promesses électoralistes, le régime au pouvoir a dressé un plan d’exécution où il ressort que les travaux seront lancés en cette année 2011, même lorsqu’on ne sait pas où l’Etat va trouver les financements. C’est le cas de l’autoroute sur l’axe Douala- Yaoundé. Une construction qui ne va en rien entamer l’axe lourd Douala- Yaoundé actuel. Puisqu’il sera construit sur un nouveau tracé à deux sens de quatre (2x2) voies  pour une référence de 100 km/h. Coût total des travaux 500 milliards Fcfa. Selon le Chef de la Division des études et de la planification au ministère des Travaux publics (Mintp), Dr Bernabé Tang Ahanda, personne ressource, de la dernière rencontre d’échanges économiques avec les chefs d’entreprises que le Gicam organise mensuellement, cette construction vise à l’amélioration de la sécurité routière sur un axe où on enregistre la moitié des accidents mortels du Cameroun, mais aussi vise à réduire la distance du parcours linéaire avec pour corollaire la réduction du temps.

Seulement annoncé en grande pompe, on apprendra subrepticement que les financements ne sont pas encore trouvés, mieux sont indécis à l’heure actuelle, même si des études de financement sont menées à cet effet. Toutefois, Les travaux dont on annonce la durée pour quatre ans, avec la fin du premier tronçon à l’horizon 2015, vont démarrer incessamment. Peut-être même avant la fin des études techniques, prévue pour fin 2012. La seule note d’espoir, est que le partenaire chinois retenu pour la construction de cette route s’engage à apporter 100 milliards Fcfa  qui vont servir pour la construction des 70 premiers kilomètres. La nébuleuse demeure toujours sur la recherche par l’Etat des autres 400 milliards Fcfa.

André Som

 

Encadré

Pénétrantes Est et Ouest de Douala

L’élargissement des pénétrantes Est et Ouest de la capitale économique fait aussi partie des grands projets routiers prioritaires. La longueur totale porte sur une distance de 32,8Km soit 19,3km pour la pénétrante Est (Bonaberi – Bekoko) et 13,5 Km pour la pénétrante Ouest. Un projet dans lequel s’est lancé avec enthousiasme le Délégué du gouvernement de la Communauté urbaine de Douala (Cud), Fritz Ntonè Ntonè, en entamant les déguerpissements dans ses deux pénétrantes. A peine a-t-il fini l’opération coup de poing déguerpissement que les espoirs des populations et des opérateurs économiques dont les bouchons dans ces pénétrantes continuent d’être un frein dans leurs activités de création de richesse se sont estompés. Les travaux de l’élargissement ont été chimériques. Cette fois, ils reviennent dans un programme ambitieux de développement. Pour un coût total de financement de 100 milliards Fcfa. Soit 40 milliards Fcfa pour la pénétrante Est et 60 milliards Fcfa pour la pénétrante Ouest. On peut d’emblée constater que la pénétrante Ouest avec une plus petite distance a le budget le plus élevé. Dr Tang Ahanda justifie cela par le fait que de ce côté, il y aura les indemnisations à régler parce qu’on y trouve sur le tracé un grand nombre de bâtisses.

On peut tout de même s’offusquer de ce que le projet dont on annonce le début des travaux en novembre 2011, ne sera pas construit comme initialement prévu, c’est-à-dire des pénétrantes à six voies (de 2/3 voies). «La réalité du financement a eu raison  du projet initial», reconnaît Dr Tang Ahanda. Et un  observateur de dire que ce sera encore du provisoirement définitif qui sera livré dans un contexte où les exigences ne font l’ombre d’aucun doute. Mais Dr Tang Ahanda soutient que les emprises non exploitées vont rester inoccupées pour qu’à terme la construction soit achevée comme le prévoit le projet initial, mais encore faudrait-il trouver des financements. Pour ce qui est des finances, les travaux du projet révisé des pénétrantes de Douala le budget est financé par l’Agence France de Développement (Afd). A cet effet une convention est en voie d’être signée. «Toujours des incertitudes, rien de concret», susurre un patron d’une entreprise des travaux publics. En outre déplore-t-il, les emplois locaux ne sont pas garantis et les entreprises nationales ne sont pas privilégiées. A ce titre, on apprend que 20% de part de marchés sont réservés aux entreprises nationales qui feront plus dans la sous-traitance. «Entre les discours et la réalité le gap est grand», soutiennent les chefs d’entreprises.

Par Njognath - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Dans l'île de Njog

  • : L' île de la tentation de Njognath
  • L' île de la tentation de Njognath
  • : Actualité
  • : La vie c'est savoir partager, j'essaie de partager avec vous ce que je sais mieux faire. Ma passion, le journalisme. J'attends vos commentaires pour annimer cet espace d'échanges et d'informations. Je ferai des efforts pour l'améliorer au jour le jour. Votre motivation sera mon leitmotiv
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés