Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 14:22

Livre – Nouvelle publication                         

Samuel Mack-Kit et Moukoko Priso, deux anciens dirigeants de l’Union des populations Cameroun, faction dite originelle viennent de commettre un livre de poche avec pour titre : «L’unité de l’Upc est un combat».

 

Au moment où la faction Upc du défunt Augustin Frederick Kodock a décidé de reprendre le flambeau après le décès de leur leader, dans la perspective des prochaines joutes électorales puisqu’étant la seule reconnue par l’administration camerounaise, le leitmotiv est à « l’Unité ». Ces nouveaux dirigeants ne cessent de mettre en avant l’appel à l’Unité de toutes les tendances du parti du crabe. Alors que l’écho de cet appel diversement apprécié, est encore d’actualité, Dr Samuel Mack-Kit et le Pr Moukoko Priso, deux militants de longue date et deux compagnon de lutte qui ont dirigé l’Upc dite « originelle » ou « des fidèles » de 2004 à 2011 ont décidé de ont décidé de publier un livre de poche avec pour titre : « L’unité de l’Upc ». Après avoir passé la main de la direction de cette faction l’Upc, on a cru qu’il entendait entrer dans la dance. Certes, mais avec une vision différente. Très vite, on va se rendre compte qu’il s’agit de faire mentir la bonne foi de tous ceux qui claironnent à l’unité actuelle de l’Upc. Ceux -là qu’ils appellent désormais de «renégats».

Profitant du 57e anniversaire de l’interdiction arbitraire du mouvement nationaliste par le pouvoir colonial français, l’Union des Populations du Cameroun, (Upc), le 13 juillet 1957, Dr Mack-Kit et le Pr Moukoko Priso ont choisi de publier un livre pour apporter quelques réponses et éclairages sur les notions de « division » et d’ « unité » au sein de l’Upc. Parce que pour les auteurs comme ceux des militants qui les ont accompagné dans la rédaction de la préface, de l’introduction et de la postface, « le problème des ‘divisions’ de l’Upc est un faux problème. C’est un stratagème de lutte des adversaires de l’Upc.»  Et pour cause  « Celle-ci n’a jamais eu un problème de division en son sein», peut-on lire dans l’introduction du livre. Livre dans lequel les auteurs essaient de justifier cet appel à l’unité qui pour eux sonne faux et mérite qu’il soit justifié. «Le présent texte a un double but : - mettre à la disposition de nos militants et de notre peuple des éléments objectifs d’information leur permettant de confondre les opportunistes de tous bords. – proposer une analyse de la situation tenant compte de presque tous les facteurs et de certains acteurs, afin d’être mieux à même de la gérer.»

Car constante les auteurs : «depuis quelque temps, certains opportunistes et renégats ont pensé que le moment était venu d’enfourcher le cheval de bataille des ennemis de l’Upc, à moins qu’ils ne soient en fait, des vecteurs conscients de nos adversaires, cheval de bataille qui consiste à crier à l’unité de l’Upc et à l’organisation sans principe d’un énième con grès de l’unité pour régler le problème, artificiellement créé par eux : ‘la division de l’Upc’». Ce d’autant plus qu’empruntant à Um Nyobe cette déclaration faite en juillet 1957, les auteurs affirment que «les tentatives de créer les divisions au sein de l’Upc, ne datent pas d’aujourd’hui. Cela a d’abord été le fait des colonialistes français. En suite, le pouvoir néocolonialiste de Monsieur Ahidjo et Monsieur Biya, continuent de s’y essayer vainement jusqu’à présent.» Non sans vouloir faire disparaitre tout simplement l’Upc. En vain ! En référence au décret français de dissolution du 13 juillet 1955, suivi de l’arrêté d’application N°4809 du 18 juillet 1955.

Rajoutant à cet épisode, les vicissitudes vécues sous le régime au pouvoir, malgré la loi N°90/056 du 19 décembre 1990 qui réhabilitait de fait l’Upc « originelle » en lui donnant la légalité et la légitimité, mais qui ne furent remise en cause, ce qui a consisté à créer plusieurs factions de l’«Upc » afin de faire diversion et semer la confusion dans els esprits en présentant l’upc comme un parti divisé. Ainsi, on emmenait subtilement les upécistes de sacrifier la lutte pour laquelle le parti a été créé pour se lancer à la conquête de l’impossible «Unité».  C’est pourquoi après nous avoir fait parcourir l’histoire l’Upc de la clandestinité au retour de ce qu’ils qualifient de « prémisses » du multipartisme, avec des documents et photos à l’appui, les auteurs soutiennent sans fioriture  que : «Depuis, les ennemis de notre peuple ont multiplié des méthodes pour arriver à leur fin : faire disparaître l’Upc de la scène politique nationale. Violence, arrestations, assassinat… tout a été essayé, mais chaque fois, l’âme immortelle du peuple kamerunais est restée debout. ‘ Pliant parfois, mais ne rompant jamais’». Un livre de 167 pages à lire pour ceux qui veulent reconstituer un pan d l’histoire du Cameroun. Notamment l’histoire politique de l’Upc.

Mathieu N. Njog

Partager cet article

Repost 0
Published by Njognath - dans Culture
commenter cet article

commentaires