Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 15:44

Guichet Unique – Rétorsion dramatique                         

Le Directeur général du Guichet Unique des Opérations du Commerce Extérieur a laissé mourir le chef de projet de facilitation du transport et du transit(Pftt). Ce dernier s’est éteint hier à l’hôpital général de Douala, après que la hiérarchie ait  refusé de lui délivrer un bon de prise en charge pour une évacuation sanitaire.

 

Accidenté depuis le 05 juillet dernier aux environs de Pouma aux premières heures de la matinée, alors qu’il rentrait d’une mission de Yaoundé dans le cadre de son statut de point focal du projet PFTT financé par la Banque Mondiale, Aloma Pierre Jean Marie a finalement rendu l’âme hier. Un décès d’autant plus dramatique qu’il est imputable au directeur général du Guce qui entendait ainsi lui faire rétorsion à ce cadre, au motif de ce qu’il aurait été à l’origine de ses déboires. Déboires inhérents aux enquêtes qu’aurait diligentées la Conac à son encontre, pour la gestion financière calamiteuse de cette entreprise publique. En fait, quand survint l’accident ce 05 juillet 2012, le défunt cadre est rapidement transporté par ambulance de Pouma à l’hôpital général de Douala.

Son internement dans un état critique va susciter l’intervention de certains de ses collègues auprès du Dg, afin très certainement de mieux appréhender l’urgence de lui assurer un suivi médical conséquent. Et quand bien même il se résolut sous contrainte de ces derniers à rendre visite à son ex-collaborateur, il s’en tint à cette visite sans rien de plus. N’empêche que dès le lendemain, c’est-à-dire le 06 juillet dernier, le défunt subit une intervention neurochirurgicale du Dr. Mathieu Motah sans que son état de santé s’améliore. A preuve, il sera aussitôt admis en réanimation où il sera pris en charge par le Dr Kana. Mais devant la dégradation progressive de sa santé, les collègues et parents du parent vont alors engager une procédure en vue de son évacuation sanitaire.

Malheureusement, leur démarche va buter sur le refus injustifié du directeur général Isidore Bihiya qui trouvait l’occasion suffisamment belle pour définitivement se débarrasser de feu Aloma Pierre Jean Marie qu’il assimilait très certainement à son pire cauchemar. Sinon, pourquoi durant les deux semaines qui suivirent l’accident de ce cadre du Guce il devint inaccessible, bien que les comas itératifs du défunt et surtout son arrêt cardiaque aient été de nature à lui instruire la signature d’un bon de prise en charge pour son évacuation sanitaire vers la France afin de bénéficier d’un meilleur suivi médical ? En fait, évoluant dans sa logique de mise à mort du défunt et surtout du directeur de publication de votre journal, pour avoir osé relayer des informations sur ses faits rédhibitoires de gestion, Isidore Bihiya ne lésina pas à laisser mourir à petit feu son plus irréductible adversaire qu’il n’avait réussi à enrôler dans sa logique de spoliation des ressources financières du Guce.

En effet, au plus fort des dénonciations faites par votre organe de presse au courant du mois de mai écoulé, Aloma Pierre Jean Marie essuya de la part du directeur général du Guce de véritables foudres au motif fallacieux qu’il bénéficierait d’avantages indus inhérents à son statut de point focal du projet PFTT évoqué supra. En fait, c’était le sauf-conduit idéal pour le délester d’une partie de son salaire alors que rien ne l’y autorisait. Une animosité qu’il a perpétuée au plus fort de l’impératif de faire évacuer le défunt.

Muna Dimbambe

 

Encadré

Faits aggravants

Constatant l’intransigeance du directeur général à ne point adhérer au projet d’évacuation de feu Aloma, la famille du défunt entreprendra de lui alléger la tâche en réussissant la prouesse d’obtenir un aéronef médicalisé qui lui permettrait de supporter le voyage sur Paris. Mais même cette initiative ne fit pas démordre le directeur général du Guce qui ignora également cette autre initiative des parents du défunt, alors même que toutes les dispositions médicales avaient d’ores et déjà été prises pour le sauver, en dépit du long coma dans lequel il avait plongé les quatre jours précédant son décès. Toutefois, autant on peut comprendre l’animosité du directeur général à l’égard du défunt au plan strictement professionnel, autant on comprend mal qu’à aucun moment il n’ait pas pu taire sa rancœur tenace en respectant simplement les dispositions du code du travail, relatives à la couverte sociale des employés et plus encore des cadres. A moins simplement de s’arc-bouter sur le fait qu’il considérait le défunt comme ne faisant plus partie des effectifs du Guce, au su du gel de son salaire, alors il se retrouve inéluctablement passible de faits aggravants. Toutes choses qui viennent dès lors conforter la thèse d’un véritable sacrifice de feu Aloma Pierre Jean Marie par Isidore Bihiya qui s’était du reste juré d’avoir la tête du défunt par tous les moyens ; s’il n’y parvint pas par des voies peu orthodoxes, cet accident lui aura servi sur le plateau la tête de feu Aloma. Et même s’il a assouvi son sombre dessein, il devra désormais vivre au quotidien le spectre du défunt qui le hantera nuit et jour.

Partager cet article

Repost 0
Published by Njognath - dans Société
commenter cet article

commentaires

mbarga jp 16/05/2013 03:10

Monsieur les redacteurs merci de faire du journalisme et non des campagnes de denigrement. cet article n'aide pas au repos de l'ame du defunt Aloma et ne rend point service aux enfants du defunt.Ne
polemiquons pas Retenez simplement que l'état de santé de Mr Aloma etait d'un point de vu médical assez compliqué car le pro.vital tait engagé des les premieres h de l'accident...

Dans L'île De Njog

  • : L' île de la tentation de Njognath
  • L' île de la tentation de Njognath
  • : La vie c'est savoir partager, j'essaie de partager avec vous ce que je sais mieux faire. Ma passion, le journalisme. J'attends vos commentaires pour annimer cet espace d'échanges et d'informations. Je ferai des efforts pour l'améliorer au jour le jour. Votre motivation sera mon leitmotiv
  • Contact

Recherche

Archives