Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 16:26

Election – Sociladra      

Après le report du scrutin du  5 février dernier, les protagonistes vont solliciter les suffrages des électeurs. Des récriminations et des manœuvres très peu orthodoxes sont entendues ça et là.

 

Demain, 5 mars 2011, le corps électoral de la Société  civile des droits de la littérature et des arts dramatiques (Sociladra) tiendra son Assemblée générale élective. Deux listes ont été officiellement déposées pour la constitution du conseil d’administration de la Sociladra. Il s’agit de la liste de la présidente sortante, Elise Meka Mballa et celle de Hubert Mono Ndjana, qui entend faire un come-back. Il y a un mois jour pour jour, le scrutin n’avait pas pu se tenir. Raison évoquée, défaut de quorum. Sur les 1339 électeurs attendus, il aurait fallu au moins 671, soit un peu plus de la moitié des électeurs pour que l’assemblée générale élective ait lieu, mais quelques 282 électeurs ont été enregistrés. Et conformément au statut de cette société de gestion collective du droit d’auteurs, une nouvelle assemblée générale élective est convoquée et le quorum cette fois est le tiers des membres. On espère que cette fois-ci sera la bonne et les nouveaux membres appelés à siéger au conseil d’administration élu. Surtout que le mandat des administrateurs sortants était arrivé à expiration depuis un an.

A en croire les uns et les autres, notamment, les partisans de la liste rivale de Hubert Mono Ndjana, les raisons de la tenue de l’Ag élective du 5 février dernier porte ses germes dans une attitude de mécréant du Pca sortant, Elise Meka Mballa, qui n’a pris aucune disposition adéquate pour que les électeurs fassent le déplacement. Notamment, assurer le transport des membres régulièrement admis et ne faisant pas l’objet d’une sanction disciplinaire qui le priverait de sa qualité d’électeur. Contrairement aux Ag précédentes, aucune garantie n’a été prise ni donnée de payer ou rembourser, comme cela a toujours été le cas depuis 2002, des indemnités de transports. « Même pour les membres résidants à Yaoundé», précise-t-on. C’est la preuve que les membres très mécontents ont voulu par ce boycott tirer la sonnette d’alarme en direction de la Pca sortante, Elise Meka Mballa qu’on dit en disgrâce. Et à qui, on colle plusieurs accusations graves. Entre autres, les électeurs prétendent que si elle ne parvient pas à payer les indemnités d’assurance c’est parce que les caisses seraient vides. A cause d’une malversation financière dont elle serait la première coupable.

On l’accuse en effet d’avoir débloqué la somme de 94 760 029 Fcfa sans pouvoir apporter une preuve justificative de l’utilisation de cet argent. Dans un récapitulatif des relevés de comptes de la Sociladra qui circule aussi bien parmi les membres que dans les rédactions, les décaissements par virement y sont ordonnés avec les dates et les numéros de chèques. Au bas de ce relevé on peut lire : «La mission sacrée d’une société de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins est de collecter les redevances pour les redistribuer aux auteurs et aux ayants-droits. Si les sommes signalées ci-dessus n’apparaissent pas dans les livres comptables de la société, de façon claire et détaillée, de façon indiscutables, il s’agit, ni plus ni moins, d’un flagrant délit de détournement de fonds.» Et de poursuivre dans le discrédit «en cachant cet argent à ses vrais propriétaires, c’est-à-dire aux membres, on pratiquait non plus une gestion collective, mais une gestion personnelle, en croyant que personne ne pouvait savoir.»

André Som

 

Encadré

Peaux de bananes

Evidemment lorsque les partisans de  Hubert Mono Ndjana portent des accusations aussi graves, soit ils ont la conviction qu’il y a anguille sous roche, soit ils sont certains que l’accusée Elise Meka Mballa  ne pourra se justifier. Dans ce cas c’est un appel aux électeurs de décider du sort à réserver à la présumée coupable, tout désignée et livrée à la potence. Certainement la réponse coule de source. La faire perdre les élections et par la suite ouvrir une procédure judiciaire en bonne et due forme. «Chasser purement et simplement les détourneurs, pour assainir le milieu ou leur confier à nouveau la Sociladra et, alors ne plus jamais se plaindre par la suite», s’achève ce document.

Il ne fait pas de doute que les partisans de la liste conduite par Hubert Mono Ndjana qui a pour nom de baptême «La refondation» savent qu’en face, il n’y a pas des enfants de cœurs. Et déjà, accuse l’équipe sortant de mauvais joueurs, d’avoir. Il se susurre qu’en pleine campagne, la Pca sortant aurait suspendu Mono Ndjana, sans motif aucun et sans notification. Mais aussi d’avoir loué une salle exiguë, celle de la Cnps qui ne peut pas accueillir plus de 400 personnes et comme si cela ne suffisait pas d’avoir entre temps rallongé la liste des électeurs. Cette liste de quinze membres se décrit comme des hommes et des femmes qui rassurent et s’annonce comme «le retour des fondateurs, des grands équilibres, la légalité, l’élargissement de l’assiette des perceptions.» Des discours électoralistes qu’il faudra encore rendre concret. Mais avant donner des gages de bonne foi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Njognath - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Dans L'île De Njog

  • : L' île de la tentation de Njognath
  • L' île de la tentation de Njognath
  • : La vie c'est savoir partager, j'essaie de partager avec vous ce que je sais mieux faire. Ma passion, le journalisme. J'attends vos commentaires pour annimer cet espace d'échanges et d'informations. Je ferai des efforts pour l'améliorer au jour le jour. Votre motivation sera mon leitmotiv
  • Contact

Recherche

Archives