Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 16:28

Arnaque – Brigade gendarmerie Sonara

Une affaire d’escroquerie survenue à la brigade de gendarmerie de la Sonara avec la complicité du commandant de compagnie de gendarmerie de Limbé met en branle la légion de gendarmerie de la région du Sud-Ouest. L’image de la gendarmerie camerounaise ternie.

 

Les faits remontent à la nuit du 21 au 23 décembre 2010. L’équipage du navire dénommé Jasmin Joy, accoste au quai de la Sonara. Certains membres de l’équipage du navire décident de faire une virée dans la ville balnéaire et mordre la vie en pleines dents. Il s’agit du commandant du navire, Nazvnin Vasiliy, Yudin Andrey, Sergey et Mytnk Oleg, tous de nationalité Russe. Au cours de leur réjouissance, ils vont prendre une dose élevée d’alcool.  C’est ainsi qu’étant en état d’ébriété avancée, une rixe surviendra au sein de leur groupe. Ils vont engager une bagarre qui ira du centre urbain jusqu’à la guérite de la Sonara. Nous sommes aux environs de 03 heures. On apprendra que le commandant Nazvnin Vasiliy, manifestement plus ivre que ses subordonnées, va être à l’origine de cette rixe.

C’est alors que les agents de sécurité de la Sonara, aidés par deux marins de garde vont conduire les quatre expatriés à la brigade de gendarmerie de la Sonara. Ils s’y seront remis aux mains de l’adjudant Mouamfon. S’étant rendu compte du comportement violent du commandant du navire, il va décider de lui mettre les menottes. Informé, le commandant de cette brigade  va débarquer dans son unité. Il va aussitôt donner instruction pour que les trois membres de l’équipage qui paraissaient plus lucides rejoignent leur navire, décidant de maintenir le commandant du navire jusqu’à ce qu’il recouvre son état de lucidité. Vers 08h, lorsque ce dernier a retrouvé son état de conscience, le commandant de brigade va l’entendre sur procès-verbal. C’est au cours de cette audition que sous la menace de le livrer à la justice pour délit réprimé par nos lois, il va être contraint de s’engager par écrit à verser une somme de  300 dollars (environ 1,5 million Fcfa) pour éteindre l’action publique engagée à son encontre, réparer les dégâts qu’il aurait causés à la brigade et recouvrer sa liberté.

 

Un partage discriminatoire

Un montage savamment orchestré par le commandant de compagnie après son entretien téléphonie avec dame Ngo Biboum Dora. C’est ainsi que la procédure sera annulée et l’arnaque enclenchée. C’est ainsi que le maréchal de logis chef, Enanga Ekema Pauline est chargée d’escorter le commandant du navire, Nazvnin et Mme Ngo Biboum Dora, consignataire du commandant de compagnie jusqu’à quai à bord du véhicule de cette dernière afin d’entrer en possession de l’argent. A la fin de la transaction, dame Ngo Biboum Dora est revenue à l’unité les remettre au commandant de brigade, l’adjudant chef, Ondoa Jean Claude. Ce dernier accompagné de l’adjudant Mouamfon Bernard est allé remettre cette somme au commandant de compagnie de gendarmerie de Limbe, le chef d’Escadron, Etelé Enondji Dieudonné. Ce dernier va se charger d’aller échanger ces dollars en monnaie locale. Il va déclarer avoir obtenu la somme de 1 300 000 Fcfa qu’il va procéder au partage en gardant la part du lion, soit près de 900 000 Fcfa et remettant au commandant de brigade la somme de 400 000 Fcfa pour partager avec ses éléments.

Barthélemy Nzock

 

Encadré

Insubordination notoire

C’est ainsi qu’à son tour, il va remettre 185 000 Fcfa à l’adjudant Mouanfon Bernard et 20 000 Fcfa au maréchal de logis chef Enanga Pauline. Mais le partage disproportionnel va semer un climat malsain au sain de la brigade de gendarmerie de la Sonara au point d’entraîner la destruction de la page du registre de consignes sur laquelle l’engagement de versement de l’argent a été porté par l’un des gendarmes afin de dissimuler les traces. Curieusement, aucun compte rendu de ces faits suffisamment graves et dans lesquels est mêlé un expatrié ne sera pas porté à la connaissance du commandant de Légion de gendarmerie du Sud-Ouest, le Colonel Oumarou Ngalibou. Car, il s’est avéré que le commandant de compagnie de Limbe fait preuve d’insubordination notoire vis-à-vis du Colégion, et brillant par la gestion en toute autonomie de plusieurs dossiers ignorant l’existence du chef de corps. C’est alors retourné dans son pays, le commandant va saisir les autorités diplomatiques de son pays. Et l’enquête ouverte sur la supervision du Colégion de la région du Sud-Ouest va établir que tout le personnel de gendarmerie est coupable des faits de corruption et de violation de consigne délits. Le commandant de la Légion de gendarmerie a aussitôt sévit en relevant le commandant de brigade de Sonara de son poste, mais on attend toujours que le Secrétaire d’Etat à la défense, prenne les mêmes mesures contre le commandant de compagnie. Ce dernier étant devenu la risée de ses éléments. Ces délits étant réprimés par les articles 314 du code pénal et 314 du règlement de discipline générale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Njognath - dans Société
commenter cet article

commentaires

Dans L'île De Njog

  • : L' île de la tentation de Njognath
  • L' île de la tentation de Njognath
  • : La vie c'est savoir partager, j'essaie de partager avec vous ce que je sais mieux faire. Ma passion, le journalisme. J'attends vos commentaires pour annimer cet espace d'échanges et d'informations. Je ferai des efforts pour l'améliorer au jour le jour. Votre motivation sera mon leitmotiv
  • Contact

Recherche

Archives